La joie de l’amour nous est offerte

homélie du 3e dimanche de l’Avent C, 16 décembre 2018

Il Millau, Notre-Dame du Sacré-Cœur m’arrive souvent de souhaiter à quelqu’un de connaître la paix et la joie. Saint Paul va beaucoup plus loin : il ne souhaite pas, il donne une injonction, comme si c’était une composante de la vie du chrétien : « soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : réjouissez-vous ! » (Ph 4,4)

Qu’est-ce que la joie, qui nous est ainsi commandée ? Peut-on exiger la joie ? Est-ce qu’on n’entre pas de le domaine de l’auto-persuasion, bien souvent déconnectée de la réalité ? Le pape nous demande souvent de rejeter la tristesse. « S’il vous plaît ! Pas de prêtre ou de sœur avec des têtes de piment au vinaigre ! », dit-il volontiers. Ce n’est pas une joie dont on se persuade. Ce n’est pas non plus une joie qui vient du divertissement, car le divertissement se termine toujours et n’attend fébrilement que d’être réitéré. Cette joie est un don. Et celui qui nous en indique le chemin aujourd’hui c’est Jean le Baptiste.

Jean-Baptiste ouvrais un chemin d’espérance pour tous ceux qui venaient à lui, tous ceux qui croyaient que leur vie était dans l’impasse à cause de leurs fautes et qui pouvaient de nouveau espérer la miséricorde de Dieu. Ceux qui viennent à Jean peuvent enfin trouver Dieu car lui vient à eux : « il vient, celui qui est plus grand que moi » (Lc 3,16). La nouveauté du Nouveau Testament n’est pas qu’on y parle enfin de miséricorde, car dès la Première alliance Dieu annonce sa tendresse au pécheur. Mais la nouveauté c’est que Dieu a fait désormais tout le chemin pour que cette miséricorde atteigne son but, qui est l’union de l’homme à Dieu. Et cette union est proposée à tous. Jean n’est pas le Christ, mais il peut le désigner et dire : voici l’Agneau de Dieu ! Il annonce que le Messie vient baptiser dans l’Esprit et le feu. On peut comprendre que c’est baptiser dans l’Esprit d’amour qui l’unit au Père, c’est-à-dire que le Christ vient offrir la communion, l’intimité que la conversion préparait.

En attendant ce baptême dans l’Esprit, Jean provoque un changement de vie, une conversion. « Produisez donc des fruits qui expriment votre conversion » (Lc 3,8), disait-il. C’est-à-dire faire en sorte qu’il y ait un vrai changement dans notre vie, un changement simple mais fort. Et les gens répondent : « que devons-nous faire ? » Non pour mériter le pardon, comme une monnaie d’échange pour un Dieu qui serait commerçant ou guichetier. Le pardon ne se paie pas, il est donné au cœur qui regrette sincèrement et veut réparer. Le changement auquel Jean invite est plutôt comme la détermination d’un cœur qui aime, qui se détourne de ce qu’il a voulu de mauvais pour s’unir à Celui qui peut le combler. Un cœur qui veut aimer comme Celui qui l’aime tant. Et cela passe par des actions très concrètes, des changements selon la vie de chacun, pour mettre en œuvre l’annonce de l’amour de Dieu.

De là la joie de ce jour : elle est la joie de l’amour retrouvé. Tu m’aimes, Seigneur, et je peux t’aimer : l’amour de mon cœur tiède et inconstant, l’amour de mon cœur vite découragé, peut atteindre ton cœur car tu es venu toi-même dans notre nuit, car tu es le Sauveur. Et ainsi tu amasses le « grain » de mon amour dans ton « grenier ». Pour aujourd’hui, donne-moi de vivre dans la foi, de placer mon cœur face à toi que je ne vois pas, de t’offrir du temps et de l’attention, d’être généreux envers ceux que tu me donnes comme prochain.

Par notre amour actif, produisons du fruit et prions que personne ne se contente d’être la « paille » et ne se dise : « c’est assez qu’il y ait la miséricorde, il n’est pas nécessaire de produire du fruit, il n’est pas nécessaire de vivre dans la justice, il n’est pas nécessaire de répondre à cet amour par mon amour actif ; la miséricorde me permet de vivre comme je veux puisqu’il m’aime quand-même ; aimer le Seigneur, suivre ses chemins est facultatif puisqu’il est bon pour tous. » Parler ainsi, c’est oublier que l’amour est une relation. Celui qui néglige de vivre dans l’amour, de répondre à l’amour par un amour de plus en plus fidèle, comment tiendra-t-il devant le « feu » de l’amour ? Car l’amour, c’est l’amour et pas une vague bienveillance.

Que le Seigneur nous donne maintenant de choisir la joie qui vient parce que nous accueillons son amour et que nous l’aimons. Et qu’il nous permette d’entraîner les autres dans la joie profonde, la joie de se donner soi-même, la joie de faire de sa vie une offrande qui réjouit le cœur de Dieu. Ce n’est pas une joie pour les parfaits seulement. Dieu veut que par sa miséricorde cela soit accessible à chacun, quelle que soit sa situation.