La Parole de vie doit se frayer un chemin

homélie du 15e dimanche B, 15 juillet 2018

En bref Via Appia  : Dieu a besoin des hommes pour dire sa parole de vie. Mais cette parole n’est pas facile à accueillir. Où en sommes-nous personnellement ?

Aujourd’hui je suis frappé par le contraste que la liturgie a organisé pour nous entre le mauvais accueil du prophète de Dieu et la beauté de la parole qui y répond dans le psaume. Dans l’histoire d’Amos, les autorités lui disent : va-t-en, nous ne voulons pas de ta parole, tu nous déranges. À quoi Amos doit riposter : je ne viens pas de moi-même, c’est le Seigneur qui m’envoie! Et que dit le Seigneur ? Le psaume nous l’apprend : « ce qu’il dit c’est la paix… amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent…»

Lire la suite...

une relation où je suis sauvé

homélie du 13e dimanche B, 1er juillet 2018

La mort Cascade du hérisson nous plonge toujours dans la détresse et souvent dans la révolte. C’est un des moments où on crie vers Dieu : pourquoi ? Que fais-tu ? Où es-tu quand tout cela arrive ? C’est normal que la mort nous mette dans cet état, car nous sommes créés à l’image de Dieu et que « Dieu n’a pas fait la mort » (Sg 1,13) : « c’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde » (Sg 2,24) et nous souffrons de son œuvre de destruction qui essaie de nous dresser contre Dieu. Dieu est la source de la vie et le diable veut, par la mort, nous révolter contre lui comme il s’est lui-même révolté.

Lire la suite...

la joie d’exister

homélie du 10e dimanche ordinaire, 11 juin 2018

Nous voilà mis Alpes par la première lecture devant l’homme qui se cache de Dieu, qui a peur de lui, et qui explique sa peur en disant « c’est parce que je suis nu ». Sa réponse dévoile la plus grande blessure du cœur de l’être humain : je ne goûte plus la joie d’exister, le bonheur d’être ce que je suis ; ça me fait peur d’être la créature de Dieu, de devoir dépendre de lui, je ne veux pas vivre comme son enfant, je le veux le plus loin possible de moi. C’est la situation tragique de l’homme sans Dieu, ou de l’homme qui peine sous une image déformée de Dieu : un dieu qui épie, un dieu dont il faut se cacher.

Lire la suite...

Marie, mère de l’Église

homélie de l’ouverture de la neuvaine à Notre-Dame des Joyaux, Montœul-au-Bois, lundi de Pentecôte 2018

La première lecture Rome, Sainte-Marie au Trastevere, abside nous a connectés au drame de l’humanité qui s’est éloignée de Dieu. Dans la personne d’Adam, c’est toute l’humanité qui se trouve mal à l’aise avec Dieu, qui le voit comme un accusateur, qui a peur de lui et cherche à se cacher de lui, à se dérober, à lui tourner le dos pour n’en faire qu’à sa tête. Quand l’homme fait cela, il cherche une solution à son mal en accusant les autres : c’est la femme que tu as mise à mes côtés ! C’est le serpent ! Aujourd’hui encore, l’homme insatisfait reporte la faute sur les autres. Nul ne pense à changer d’abord son cœur. Et c’est ainsi que commencent les rivalités, les trahisons, puis les guerres.

Lire la suite...

l’avantage de la foi

homélie de l’Ascension 2018

Nous souffrons à la conquête du Chimborazo parfois de ne pas pouvoir montrer Celui en qui nous croyons. Le montrer à ceux qui pensent que notre foi c’est une crédulité qui nous fait gober des choses absurdes. Le montrer à notre cœur aussi, lorsqu’il doute ou est découragé. Cette fête de l’Ascension vient nous fortifier : c’est dans notre intérêt qu’Il est parti, notre Christ bien-aimé. Il n’a pas quitté cette Terre pour nous compliquer la vie, mais pour nous permettre de vivre de l’Esprit Saint. « Il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. » (Jn 16,7)

Lire la suite...

l’amour de Dieu et comment en vivre

homélie du 6e dimanche de Pâques, confirmations à Mons

Est-ce que vous pensez patience que Dieu vous aime un peu, beaucoup, passionnément? Eh bien c’est plus encore : il vous aime d’une façon vitale. Chacun de vous est vital pour lui. Parce qu’il s’est tellement engagé pour nous. Aujourd’hui nous l’entendons dire : «je vous aime aussi fort que le Père m’aime» (Jn 15,9). Tu comptes tellement pour moi que je donne ma vie pour te rejoindre. «Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime».

Lire la suite...

La sève, c’est l’Esprit Saint

homélie du 5e dimanche de Pâques, confirmations à Dour

L’évangile fleurs de cerisier raconte le moment où Jésus donne ses derniers conseils à ses apôtres. Bientôt il sera arrêté et mis à mort. Et puis il se relèvera d’entre les morts. Avant tout cela, il veut leur apprendre comment continuer à vivre avec lui. Ces conseils sont très bons pour nous aussi qui devons vivre dans la situation des apôtres après l’Ascension : Jésus est là, mais on ne peut plus le toucher, vérifier que c’est lui par les marques de sa Passion, l’inviter à goûter.

Lire la suite...

Les premiers pas de l’Église

homélie du 3e dimanche de Pâques, 15 avril 2018

Dans Equateur, près de Tixan cette rencontre de Jésus et des apôtres, nous assistons aux premières heures de l’Église. C’est l’Église toute fraîche, qui nous montre quelques unes de ses principales caractéristiques. D’abord, son centre, son cœur : le Christ vivant, le Christ ressuscité, que l’on peut rencontrer. C’est une grande originalité du christianisme : le Fils de Dieu, Jésus le Christ, lui par qui tout l’univers a été fait, on peut le rencontrer. Pas seulement entendre parler de lui ou penser à lui, mais le rencontrer vraiment. Les apôtres avaient entendu dire que Jésus était vivant alors qu’on l’avait mis au tombeau, mais ils ne s’attendaient pas à une vraie rencontre : ils ont d’abord pensé voir un esprit, un fantôme, et ça leur a donné une peur bleue. Jésus doit les rassurer, leur donner sa paix, leur dire de le toucher pour qu’ils se rendent compte que c’est lui, qui est bien réellement vivant. La résurrection du Christ, ce n’est pas seulement Jésus vivant dans le souvenir des apôtres. C’est la rencontre incroyable de quelqu’un qui était mort et qui ne l’est plus. Voilà ce que chaque communauté chrétienne propose au monde aujourd’hui. Nous croyons que Jésus vit, que son amour nous porte, que nous ne sommes jamais seuls. Nous voulons nous encourager les uns les autres dans cette espérance. Nous cherchons Jésus dans l’eucharistie comme les disciples d’Emmaüs l’ont rencontré il y a presque 2000 ans.

Lire la suite...

vivre autrement

homélie du dimanche de la Miséricorde, 2e dimanche de Pâques 2018

Nous avons découvert depuis Beara dans la vie de la première communauté chrétienne un style de vie selon des standards très nouveaux : au lieu des jalousies, des divisions et suspicions, l’unanimité, « un seul cœur et une seule âme » ; au lieu de l’amour de l’argent, de la dureté dans les héritages, de la recherche du profit maximal, « ils avaient tout en commun » et « personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre » (Ac 4,33).

Qu’est-ce qui a fait reflué les forces de division, de comparaison, d’envie, et celles de l’avarice, de la peur de manquer, de l’appât du gain, de l’amour de l’argent ? Ce n’est pas le désir de vivre selon des valeurs de partage et de bienveillance. Car jamais cela n’a suffit à enrayer les « tendances égoïstes de la chair », les forces de repli sur soi et ses propres intérêts. Ce qui a changé la façon de vivre, c’est l’irruption d’une réalité nouvelle : le Christ est ressuscité et notre vie peut prendre le même chemin. Déjà elle est cachée avec le Christ en Dieu (Col 3,3). Notre vie prend une dimension toute autre, elle n’est plus soumise à la peur de la mort, à la peur de manquer, de ne pas être aimé, de ne rien valoir.

Lire la suite...

la victoire du Crucifié

homélie de la Veillée pascale 2018

Quand Dieu se révèle Bourges, vitrail du mystère pascal , il n’envoie pas un livre du haut du ciel, comme si la Bible avait été dictée par un ange. Quand Dieu se révèle, il choisit un peuple pour vivre une histoire avec lui, une histoire d’amour. Et pour que cette histoire puisse englober par contagion tous les peuples de la terre, comme nous ce soir. C’est ce que vous venez d’entendre : le Dieu qui a inventé tout ce qui existe, celui qui a pensé au big-bang, aux galaxies immenses et aux trous noirs inouïs, il est Dieu qui parle avec Abraham et arrache ses descendants à l’esclavage en Égypte, pour en faire son peuple, sa bien-aimée, sa fiancée à qui il va parler cœur à cœur, à qui il va donner un cœur nouveau.

Lire la suite...

Pourquoi le Christ doit-il donner sa vie pour nous ?

Homélie du dimanche des Rameaux, 25 mars 2018

Jésus Croix le long du Lot n’est pas mort dans un attentat, ni victime d’un complot politico-religieux. Il est mort parce qu’il a choisi de donner sa vie, selon la volonté du Père qui nous aime tant. Et pourquoi cela a-t-il dû se passer ainsi ?

Jésus avait commencé son ministère en disant : « le Royaume de Dieu s’est approché, convertissez-vous ! » Il avait dit, en substance : ouvrez vos cœurs les uns aux autres, cessez de vivre pour l’argent, cessez de ne regarder que la vie matérielle, pensez à vos âmes, à votre destinée éternelle ! (Mt 13,40 ; Lc 12,16 et bien d’autres passages)

Lire la suite...