Goûter l’amour n’est pas sans conditions

homélie du 28e dimanche B, 14 octobre 2018

Aujourd’hui Chemin près de Hargimont il est question de sagesse et de richesse. Et plus précisément, de comment la richesse nous barre le chemin de la sagesse. Comment cela se passe-t-il, et d’abord, qu’est-ce que cette sagesse tellement désirable qu’elle est plus précieuse que « tout l’or du monde », que la santé et la beauté, que la lumière même ? (Sg 7,7-11)

Lire la suite...

Créés pour l’union, à tout prix

homélie du 27e dimanche B, 7 octobre 2018

Je voudrais Via Appia partir aujourd’hui de toutes les choses formidables que l’on dit sur l’homme et la femme dans ce beau récit de la Genèse. D’abord, cette constatation que l’homme est seul, qu’il ne trouve rien qui lui corresponde dans le monde des choses et des animaux. Il est seul, parce qu’il possède une intériorité qu’aucun autre être ne possède. La richesse de toute personne humaine est unique.

Alors, pour partager cette richesse, Dieu crée la femme, le seul être qui correspond à l’homme. Et il ne la crée par à partir de rien, comme une nouvelle espèce, mais à partir du côté de l’homme, pour qu’homme et femme soient « côte à côte ». Ils ont un côté commun, ils sont adaptés l’un à l’autre, ils sont un complément nécessaire l’un de l’autre. Comme le soulignait saint Augustin, « Dieu ne les a pas créés séparément puis réunis comme des étrangers, mais il a tiré la femme de l’homme, scellant leur invincible unité dans cette côte dont la femme a surgi. Unis côte à côte, ils marchent ensemble et ensemble scrutent un même horizon. » (Saint Augustin, Du bien du mariage, I,1)

Lire la suite...

Bouge-toi, quelqu’un t’attend !

homélie du 26e dimanche B, 30 septembre 2018

En bref : prenons à la conquête du Chimborazo, 2 les moyens de nous convertir, au nom de tous ceux que Jésus aime et qui doivent pouvoir l’aimer un jour.

L’histoire commence avec quelqu’un qui aime Jésus mais qui ne fait pas partie des disciples identifiables. On ne le voit pas à la messe, mais il ne perd pas une occasion de tourner vers le ciel les pensées de ceux qui le rencontrent. Peut-être en connaissez-vous ? Jésus prend la défense de telles personnes. On ne doit pas se scandaliser qu’elles ne sont pas comme nous, mais nous réjouir de leur action en faveur du Christ. Car l’important, c’est qu’il soit connu et aimé.

Lire la suite...

Le Christ nous sauve. Ça doit se savoir !

homélie du 25e dimanche B, 23 septembre 2018

En bref Croix le long du Lot  : parce qu’il donne sa vie, le Christ fait perdre son pouvoir au mal. Mais il faut qu’on soit au courant de cette victoire, pour l’accueillir en nous. Nous serons témoins en devenant la femme, l’homme que Dieu veut, imitant le Christ.

Aujourd’hui l’Écriture nous pousse à méditer sur le drame du juste confronté au mal. Ce juste, c’est parfois nous. Le mal, l’injustice nous révoltent. Parce que nous sommes faits à l’image de Dieu, qui n’a pas fait le mal. Quand nous voyons la facilité avec laquelle un homme peut en casser un autre, quand nous voyons mourir une jeune personne, devant le pouvoir du mal nous sommes révoltés.

Lire la suite...

travailler pour la nourriture de la vie éternelle

homélie du 18e dimanche B, Foyer de Charité de Spa

En le Lot (Seuzac) bref : être habité de lumière et de paix, c’est à la fois un don de Dieu et le fruit d’un engagement concret, un engagement intérieur envers le Christ, source de tout. Vous savez ce qui vous reste à faire !

Saint Paul est en situation de « sortie », il s’adresse à des gens qui commencent à venir à la foi, pour souligner le changement de mentalité que cela suppose. Ce qu’il dit est utile aussi à ceux qui sont croyants depuis longtemps, toujours tentés de fonctionner comme tout le monde, de penser comme tout le monde — ou fatigués de cette dissidence dans laquelle maintenant nous nous trouvons si souvent. Et voilà ce qu’il dit : il s’agit de vous défaire d’une mentalité corrompue par les convoitises qui vous entraînent dans l’erreur ; il s’agit de vous laisser renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée, de vous laisser recréer par l’initiative de Dieu. Et nous pouvons constater que si souvent nous adaptons notre pensée à ce que nos désirs veulent, plutôt que l’adapter à la façon dont Dieu voit le monde qu’il a créé. Alors petit à petit nous nous éloignons de l’enseignement de l’Église, nous rêvons d’adaptations de sa doctrine, sans voir qu’il s’agit d’adaptation à « l’homme ancien corrompu par les convoitises qui l’entraînent dans l’erreur » (Ep 4,22).

Lire la suite...

la présence concrète du Seigneur

homélie du 29 juillet 2018, pèlerinage à Saint-Christophe

En bref soleil et pêche, mer du Nord  : La présence concrète du Seigneur se laisse sentir à celui qui prend des risques à sa suite. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Dimanche passé nous voyions Jésus qui avait pitié de la foule qui était comme des brebis sans berger. Aujourd’hui nous découvrons — c’est la suite même si nous avons changé d’évangéliste pour lire Jean pendant quelques dimanches — que sa tendresse pour les hommes va jusqu’à ce qu’il se demande : que vont-ils manger ? Et, alors qu’à vues humaines il n’y avait pas de solution, Jésus fait en sorte que tous soient rassasiés. Et qu’il y a une surabondance — ce n’est donc pas simplement le fruit d’un partage fraternel, comme quand on fait un dîner « auberge espagnole » : l’évangéliste prend soin de noter que les restes de 5 pains c’est — une fois que les 5000 ont mangé — 12 paniers de morceaux ; il exclut donc d’office l’interprétation du partage généreux.

Lire la suite...

Une soif de vérité t’habite ? Viens avec nous !

homélie du 16e dimanche B, 22 juillet 2018

En bref : Saint Ignace, Rome Chacun devrait pouvoir découvrir qu’il est un être très aimé de Dieu, que le Père veut conduire à une vie grandiose. Cette découverte est possible à qui se laisse guider par le Christ. Aux chrétiens de le monter…

Si quelqu’un me demande qu’est-ce que cela nous apporte d’être chrétien, les lectures d’aujourd’hui me suggèrent une réponse : savoir qui je suis et où je vais. Qui je suis ? Je ne suis pas un vivant quelconque qui est là par hasard, je ne suis pas perdu seul au milieu du monde, condamné à me faire remarquer ou crever, mais je suis cher aux yeux de Dieu au point qu’il a envoyé son Fils se faire homme pour moi.

Lire la suite...

La Parole de vie doit se frayer un chemin

homélie du 15e dimanche B, 15 juillet 2018

En bref Via Appia  : Dieu a besoin des hommes pour dire sa parole de vie. Mais cette parole n’est pas facile à accueillir. Où en sommes-nous personnellement ?

Aujourd’hui je suis frappé par le contraste que la liturgie a organisé pour nous entre le mauvais accueil du prophète de Dieu et la beauté de la parole qui y répond dans le psaume. Dans l’histoire d’Amos, les autorités lui disent : va-t-en, nous ne voulons pas de ta parole, tu nous déranges. À quoi Amos doit riposter : je ne viens pas de moi-même, c’est le Seigneur qui m’envoie! Et que dit le Seigneur ? Le psaume nous l’apprend : « ce qu’il dit c’est la paix… amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent…»

Lire la suite...

une relation où je suis sauvé

homélie du 13e dimanche B, 1er juillet 2018

La mort Cascade du hérisson nous plonge toujours dans la détresse et souvent dans la révolte. C’est un des moments où on crie vers Dieu : pourquoi ? Que fais-tu ? Où es-tu quand tout cela arrive ? C’est normal que la mort nous mette dans cet état, car nous sommes créés à l’image de Dieu et que « Dieu n’a pas fait la mort » (Sg 1,13) : « c’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde » (Sg 2,24) et nous souffrons de son œuvre de destruction qui essaie de nous dresser contre Dieu. Dieu est la source de la vie et le diable veut, par la mort, nous révolter contre lui comme il s’est lui-même révolté.

Lire la suite...

la joie d’exister

homélie du 10e dimanche ordinaire, 11 juin 2018

Nous voilà mis Alpes par la première lecture devant l’homme qui se cache de Dieu, qui a peur de lui, et qui explique sa peur en disant « c’est parce que je suis nu ». Sa réponse dévoile la plus grande blessure du cœur de l’être humain : je ne goûte plus la joie d’exister, le bonheur d’être ce que je suis ; ça me fait peur d’être la créature de Dieu, de devoir dépendre de lui, je ne veux pas vivre comme son enfant, je le veux le plus loin possible de moi. C’est la situation tragique de l’homme sans Dieu, ou de l’homme qui peine sous une image déformée de Dieu : un dieu qui épie, un dieu dont il faut se cacher.

Lire la suite...