Les étapes de Dieu qui cherche l’homme

homélie de la veillée de Noël 2018

Dieu Laon, vitrail de l’Apocalypse, crée l’être humain, il l’aime et il veut que l’être humain soit aussi capable de l’aimer. Alors il lui donne la liberté, pour pouvoir aimer. Aussitôt surgit un gros problème pour Dieu : comment me faire connaître de l’homme ? Comment lui apprendre le chemin du bonheur ? Comment lui faire savoir que je l’aime et que j’attends d’échanger mon amitié avec lui, avec elle ? Comment lui faire comprendre que j’ai pour chacun un amour aussi fort que celui du fiancé pour sa fiancée, du mari pour son épouse ? (Is 62,4-5)

Dieu sait bien qu’il ne peut pas nous donner des preuves, sinon nous serions forcés d’être ses amis, et ça ne serait plus de l’amitié. Alors il imagine de se faire connaître en touchant le cœur de quelques personnes plus sensibles à lui, qui entreront dans son alliance et pourront le faire connaître. Et c’est d’abord Abraham, et puis Moïse, et le roi David, et plein de prophètes comme Élie, Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, etc. (Ac 13,16ss)

Mais Dieu rêvait à un lien encore plus fort. Il imaginait de venir lui-même vivre notre vie, être homme au milieu des hommes, illuminer nos vies par sa présence. Alors, quand son peuple a été tout juste prêt, quand Jean-Baptiste a eu fait la dernière annonce, il est venu, petit embryon dans le ventre de Marie, puis petit bébé sans défense. Et puis il a appris à lire, à écrire, à calculer, et Joseph lui a appris le métier de charpentier.

Puis, à 30 ans, il a quitté la maison, pour annoncer à tous que Dieu son Père était notre Père et qu’il nous aimait. Il l’annonçait spécialement aux pécheurs, à ceux qui se sentaient loin de Dieu, pour qu’ils puissent revenir, retrouver le bonheur d’être réunis à leur Créateur. Mais petit à petit des gens se sont mis à dire : « ce n’est pas possible que Dieu nous aime tant, et d’ailleurs on va te tuer. » Et lui, au lieu de rejeter ceux qui le rejetaient, il a donné sa vie. C’est pourquoi nous avons laissé la croix là tout près de la crèche. Pour que nous comprenions que tout ce chemin de Dieu pour se faire connaître, pour révéler aux hommes son amour, tout ce chemin est arrivé à la croix comme à son sommet. Et la preuve que ce don de la vie de Jésus nous a vraiment réconcilié avec son Père, c’est qu’il s’est relevé d’entre les morts : la mort n’a pas pu le retenir. Jésus le Christ n’est pas seulement une gentille histoire du passé, il est celui qui nous aime aujourd’hui, celui qui nous pardonne aujourd’hui, celui qui éclaire nos cœurs aujourd’hui, celui à qui nous pouvons nous confier aujourd’hui. Il est vivant, il nous appelle. Lui dire « me voici », c’est entrer dans une joie nouvelle.

Pour tout ce chemin d’amour, pour cette victoire de l’amour de Dieu, nous voulons chanter notre joie, dire à Dieu : félicitation, bravo, tu es génial. Et comment dit-on cela ? Gloria, gloire à Dieu !