un combat inévitable

homélie de la messe des étudiants, 23 novembre 2011

« Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom. » (Lc 21,17) Pourquoi serions-nous rejetés ? L’évangile est pourtant si bon pour l’homme ! Cet évangile nous met devant un combat, le combat de la lumière et des ténèbres, en nous et dans la société.

Ce combat, le Christ vient le mener à bras le corps. Et nous voyons dans le chœur de cette église jusqu’où cela l’a mené : souffrir sa passion, mourir et ressusciter d’entre les morts. Avant de vivre cela il précise à ses disciples : « le serviteur n’est pas plus grand que son maître ; si on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre. » (Jn 15,20) Nous voilà donc rendu participants au combat du Christ, en première loge :-)

Clarifions un peu ce combat, en regardant la lutte du Christ :
lutte contre le détournement de la religion
lutte contre le pouvoir de l’argent qui tend à dominer le monde
lutte contre le mépris du pauvre, du faible, des petits qui sont les siens
lutte pour l’amour de Dieu, pour son règne
lutte pour l’amour entre les hommes
lutte pour le mariage de l’homme et de la femme, appelés à faire une seule chair que Dieu unit et que l’homme ne sépare pas
et finalement lutte pour la vérité, contre le « père du mensonge »

On le voit, c’est à la fois une lutte « pour », mais aussi une lutte « contre » : il y a des forces de résistance. Ces résistances sont parfois simplement l’ignorance, lorsque quelqu’un n’a pas encore compris le chemin du vrai bonheur dans la direction de ce qui était cher au Seigneur. Mais ces résistances sont aussi d’un autre ordre : la volonté de ne pas aimer, de se préférer à tout, même à la vérité, et de persévérer dans le mensonge et l’égoïsme. La mauvaise volonté, cela existe ! Combien de gens ne cherchent pas la vérité mais à s’imposer eux-mêmes à travers leur opinion. Combien de gens ne cherchent pas la vérité avec abnégation, renoncement à leurs intérêts !

Tenant compte de cela, le Christ fait entrer ses disciples dans une grande œuvre, une bataille qui les dépasse, mais où il ne les laisse pas seul. Il passe devant, et il passe avec. En échange, il offre une force de vie que peu de gens possèdent.

Notez bien : cette bataille, ce n’est pas un luxe pour trop motivés, elle est nécessaire pour le salut de tous. Il est impératif que le mensonge ne l’emporte pas, ni dans nos vies, ni dans le monde. Demandons la grâce que nos vies mêmes puissent faire obstacle aux ténèbres et rayonner la lumière. Vous êtes des fils de la lumière, des filles du jour (1Thess 5,5 ; cf. Lc 16,8).

Dans ce combat, nous recevons une invincibilité spéciale : un langage et une sagesse à laquelle tous nos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction (Lc 21,15). Longtemps j’ai cru que cela me donnerait réponse à tout devant ceux qui contredisent la foi. Mais imaginez comme ce serait offensant et orgueilleux si nous avions réponse à tout ! Le Seigneur ne nous donnera jamais cela. Le Christ n’est pas venu dans le monde en super-héros, il ne nous transformera pas non plus en super-héros. L’invincibilité dont il nous revêt est la même que la sienne : l’invincibilité de celui qui reste fidèle, qui tient bon dans la foi et l’amour, qui relève les défis de sa vie avec persévérance, quelles que soient les difficultés et les pièges.

Enfin je dois vous partager un secret très important : il existe une grande différence entre la lumière et les ténèbres : ce qui a une réelle consistance, ce qui est vraiment, c’est la lumière. Les ténèbres ne sont que l’absence de lumière. De même qu’il n’y a que des photons de lumière, et pas de photons d’obscurité, de même c’est seulement la lumière qui est ; et de ce fait même elle progresse inexorablement, puisqu’elle seule est en plein accord avec Dieu, le créateur de la lumière. Que cela nous donne une grande espérance en toutes choses !