Le Christ nous sauve. Ça doit se savoir !

homélie du 25e dimanche B, 23 septembre 2018

En bref Croix le long du Lot  : parce qu’il donne sa vie, le Christ fait perdre son pouvoir au mal. Mais il faut qu’on soit au courant de cette victoire, pour l’accueillir en nous. Nous serons témoins en devenant la femme, l’homme que Dieu veut, imitant le Christ.

Aujourd’hui l’Écriture nous pousse à méditer sur le drame du juste confronté au mal. Ce juste, c’est parfois nous. Le mal, l’injustice nous révoltent. Parce que nous sommes faits à l’image de Dieu, qui n’a pas fait le mal. Quand nous voyons la facilité avec laquelle un homme peut en casser un autre, quand nous voyons mourir une jeune personne, devant le pouvoir du mal nous sommes révoltés.

Le juste confronté au mal, c’est, plus encore que nous, le Christ. Lui n’a jamais fait le mal. Confronté au mal, il va faire reculer son pouvoir, par les guérisons, les miracles, et en nous enseignant l’amour qui permet de remédier à beaucoup de souffrances. Il va faire reculer le pouvoir du mal, mais il y a un obstacle sur lequel il butte, c’est le cœur qui ne veut pas aimer, le cœur qui cherche tout autre chose que l’amour : qui cherche à dominer, à exploiter, à utiliser les autres, le cœur qui cherche son confort en s’isolant plutôt que la solidarité.

Cet obstacle du cœur qui ne veut pas aimer conduira Jésus à souffrir sur la croix. Dans un ultime assaut contre le mal, Jésus va se battre à mains nues tout au long de sa passion contre le pouvoir du cœur qui ne veut pas s’ouvrir. Il en mourra. Il mourra de toutes nos fermetures de cœur : celles des Juifs et des Romains d’alors ; et tout autant nos fermetures de cœur aujourd’hui, car nous sommes faits comme les gens d’alors. Mais comme le Christ n’est pas mort dans l’amertume, dans le dégoût, dans la hargne, comme il est mort en donnant sa vie, il est devenu victorieux dans sa mort ; son amour a brisé le pouvoir du mal sur le cœur humain. C’est dimanche et nous célébrons sa résurrection. Jésus, tu as affronté le mal qui ronge le cœur de l’homme, tu l’as détruit par ton amour, et ton cœur est un refuge pour tous ceux qui souffrent du mal en eux et autour d’eux !

Maintenant, ce n’est plus qu’une question de patience pour voir son pouvoir divin s’étendre au monde entier. De patience, et d’action aussi, car il n’y a presque plus personne qui parle de l’action de Dieu pour nous par Jésus Christ. Alors les gens se sentent abandonnés devant l’arrogance du mal. Le Seigneur a besoin aujourd’hui de nouveaux témoins, qui osent parler de son amour à ceux qui ne le savent pas encore. Qui osent parler de son amour et de sa victoire. Peut-être attendons-nous d’être plus convaincus, plus parfaits aussi, pour enfin parler de lui ? Alors, pour nous rassurer, regardons les apôtres.

Ceux sur qui le Christ compte sont plutôt à l’ouest quand il essaie de leur faire comprendre ce qui va lui arriver. D’abord, ils ne comprennent pas pourquoi Jésus leur annonce qu’il sera mis à mort et qu’il ressuscitera. Ils ne comprennent pas et, pire encore, ils ne demandent pas d’explication. Ils rangent cela parmi les accessoires, comme si c’était une fantaisie de Jésus, quelque chose de pas si important. Beaucoup de chrétiens font cela aujourd’hui aussi. Pour eux, la mort du Christ est un accident de parcours, et non pas l’ultime combat et l’ultime victoire.

Ils ne comprennent pas, ils laissent cela de côté, et alors leur cœur est disponible pour autre chose, pour des conneries : discuter entre eux pour savoir qui est le plus grand, qui est le préféré du maître, qui réussit le mieux, etc. À travers leur attitude, nous pouvons reconnaître la nôtre, quand nous nous comparons aux autres, soit pour nous gonfler, soit pour nous minimiser : de toute façon, cela ne porte que des fruits amers. Si vous voulez vivre dans la lumière, ne vous comparez jamais aux autres ; cherchez seulement à devenir la femme, l’homme que Dieu veut.

Pour cela, Jésus nous donne la recette : très bonne idée d’être le meilleur, alors sois-le dans le service et dans l’amour. « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Et finalement, si nous voulons nous comparer, comparons-nous au Christ. Dans quelle mesure est-ce que je commence à lui ressembler ? C’est la vraie question avec laquelle je vous laisse. Prendre le Christ comme modèle, c’est le chemin de la joie. Nous commencerons à rayonner de lui, et nous lui demanderons des occasions pour parler de lui, même si nous sommes encore loin de lui ressembler. Le Christ n’attend pas des chrétiens parfaits mais des disciples qui le suivent. Il a donné sa vie pour que rien ne vous sépare de lui.

Et maintenant, dans l’eucharistie, nous célébrons sa victoire. Sa victoire sur le mal en nous et dans le monde. Sa victoire par le don de sa vie.