homélie du 3e dimanche ordinaire, 24 janvier 2021

fenêtre Qu’est-ce que Jésus a à dire aux gens ? « Les temps sont accomplis : le Royaume de Dieu s’est approché. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ! » Voilà le cadre pour comprendre tout ce qu’il dira et tout ce qu’il fera : avec lui nous vivons un basculement, un temps nouveau comme il n’y en a jamais eu. Ce qui caractérise ce temps c’est que le Royaume de Dieu s’est approché. La présence de Dieu est devenue accessible et nous pouvons lui faire confiance sans mesure ; nous pouvons respirer l’atmosphère du cœur de Dieu et vivre de son amour. Tout cela nous est offert, il n’y a qu’à tendre les mains en nous convertissant et en croyant à l’Évangile.

Il y a là un merveilleux équilibre. D’une part le Royaume est là, on peut vivre de l’amour de Dieu, de sa lumière, de sa grâce. D’autre part, le Royaume de Dieu ne s’impose pas comme un fait de la nature ou un arrêté ministériel. La manière de le saisir c’est de se convertir et de croire. On entre dans le Royaume et on en goûte les fruits dans la mesure où on change. Quel changement ? Ce changement de perspective qui met Dieu au centre et notre moi à la périphérie. Il ne va pas de soi. Dimanche passé je vous parlais de cette tendance bien humaine à vouloir se servir de Dieu au lieu de se voir comme serviteur de Dieu. Celui qui est croyant pour se servir de Dieu ne verra jamais le Royaume. Parfois il aura l’impression que sa prière marche, parfois qu’elle ne marche pas, mais toujours il reste en dehors de la perspective du cœur de Dieu. Tandis que celui qui se fait serviteur du Seigneur, celui qui met ce que Dieu veut en premier, celui-là commence à entrer dans la lumière. Et petit à petit il devient vraiment libre et joyeux, quels que soient les événements. Son cœur s’agrandit sans cesse et peut abriter beaucoup de monde. Il accueille le Royaume et en même temps il rend ce Royaume palpable aux autres.

Pour annoncer ce Royaume, pour lancer l’appel à la conversion, Jésus embauche des apôtres. Saint Marc résume tellement son Évangile qu’on a l’impression que Pierre, André, Jacques et Jean suivent Jésus à la première parole qu’ils entendent de lui. Heureusement, saint Jean nous a raconté dimanche passé les premières rencontres, et on peut en imaginer encore quelques unes, ainsi que des miracles, comme le raconte saint Luc. Les premiers disciples connaissent donc déjà un peu Jésus et leur cœur a déjà été touché par lui. Ils ont pu juger qu’avec ce type était arrivé quelque chose de fort, de nouveau, de prometteur. Qu’il y avait avec lui une vérité qu’on n’avait encore jamais vue. Et que ça valait le risque de laisser là leurs filets. Peut-être pas encore pour toujours, mais déjà pour un bon moment. Alors ils sortent de leur barque pour embarquer dans le Royaume.

Notre Église a besoin que tous les baptisés se convertissent et croient à l’Évangile. Ainsi elle pourra entraîner vers le Royaume de Dieu les enfants de Dieu qui sont répandus dans le monde entier. Et notre Église a besoin aussi que parmi les baptisés il y en ait qui se risquent à tout laisser pour suivre le Christ de plus près, pour l’imiter dans le célibat, dans l’amour de son Père et dans l’amour du berger pour ses brebis. Prions pour un renouveau de toute l’Église, car Dieu a tant à nous donner ! Il n’est pas temps de vivoter.