prendre l’amour au sérieux

homélie des confirmations, Barry et Jamioulx, 31 mai 2015

Votre confirmation promesse fait reposer votre foi sur celle des apôtres. Elle vous donne toute votre place dans l’Église fondée par les apôtres. Mais nous venons d’apprendre quelque chose de fou : les apôtres sont envoyés faire des disciples partout et pourtant certains eurent des doutes !

Peut-on être croyant et avoir des doutes ? Le contraire de la foi ce ne sont pas les doutes, c’est de ne vouloir compter que sur soi-même, de vouloir décider de tout seulement comme on le souhaite. Mais si on a des doutes, c’est l’occasion de réfléchir, et de le faire à partir des grandes questions : d’où venons-nous, d’où vient le monde ? Quel est le sens de la vie ?

Pour tirer ces questions au clair on peut par exemple faire comme je l’ai fait après mes humanités : étudier les sciences et découvrir ce qu’elles disent de l’origine de l’univers. On découvre alors que c’est pratiquement impossible de dire que tout existe par hasard, car il y a tant de coïncidences improbables qui ont fait que nous soyons là à nous poser ces questions. Certains diront encore : on ne sait pas et on ne se pose pas la question… Ou : Dieu ne compte pas même s’il existait… Mais ce n’est pas très responsable de réagir ainsi.

Dans mon cheminement j’en suis arrivé à la conviction qu’il y a un Dieu. Mais qui est-il ? Que peut-on lui demander, que peut-on attendre de lui ? Pour le savoir il faut entrer dans la relation avec lui, car Dieu est un Dieu de relation : Dieu est amour, et l’amour est relation. Un des grands moyens de connaître Dieu est la prière, une prière qui demande mais surtout qui essaie de vivre une présence du cœur pour Dieu : je suis là pour T’aimer !

Aujourd’hui c’est la fête de la Trinité : Dieu est un amour réussi, en lui-même, du Père du Fils et de l’Esprit. Le Père aime le Fils et lui donne tout ce qu’il est. Le Fils se reçoit tout entier du Père, il a trouvé son bonheur à répondre à l’amour du Père plutôt qu’à n’en faire qu’à sa tête (c’est pourquoi on l’appelle Fils). L’Esprit est leur amour, si fort qu’il est aussi une personne en Dieu.

C’est cet Esprit que vous avez reçu à votre baptême et que vous allez maintenant recevoir en plénitude. Il fera de vous des filles et des fils de Dieu. C’est-à-dire pas des petits bourgeois rassis qui sont copains avec le patron de l’univers, mais des jeunes qui entrent dans l’alliance avec Dieu notre Père, des jeunes qui disent : je vais faire de mon mieux pour vivre dans l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que c’est, vivre dans l’amour de Dieu ? Et au fond, qu’est-ce que l’amour ? Ce n’est pas une bienveillance universelle, comme le rayonnement du soleil. Le soleil n’est pas triste lorsque vous fermer les tentures de votre fenêtre pour ne pas le voir. Mais Dieu souffre de nous voir lui fermer les tentures de notre cœur. Il n’y a pas d’amour en général, l’amour qui n’est pas échangé n’est pas encore l’amour. Dire « Dieu est amour », ça doit être différent que dire que Dieu est un gros passeur d’éponge qui pardonne tout sans rien attendre de nous. Car face à l’amour on ne choisit pas entre le coca et le schweppes agrum : c’est bien plus sérieux, il y a un chemin de vie et il y a un chemin de mort, il y a un chemin de l’amour et un chemin du mépris et de la trahison, il y a un chemin de la paix et un chemin de la guerre, un chemin de la justice et un chemin de l’exploitation et de l’utilisation de l’autre.

Vivre en fille, fils de Dieu, vivre dans l’amour du Père, c’est chercher à faire ce que Dieu veut, c’est vivre dans la vérité, faire des efforts pour être fidèle, rejeter le mensonge et l’égoïsme, trouver son bonheur dans le service des autres, respecter son corps et celui des autres. Alors notre cœur explosera de joie. Alors, si nous tombons quand-même, nous pourrons revenir à Dieu parce que nous le prenons au sérieux, et lui nous pardonnera.

Vraiment, prenez l’amour de Dieu au sérieux. L’amour n’est pas l’amour tant qu’il n’est pas échangé. Il y a le Christ qui frappe à la porte de notre cœur. Il y a l’Esprit Saint qui nous est donné. Oui, Dieu nous aime et il nous dit : ne reste pas loin de moi ! Demande l’Esprit Saint ! Accueille-le ! Et s’il y a des manques dans ta vie, fais de tous tes manques un grand cri qui appelle l’Esprit Saint ! Ces manques craquent les duretés de notre cœur pour le rendre perméable à l’amour de Dieu pour nous et à la joie d’aimer à notre tour, la joie de se donner soi-même en aimant.