Scandaleux, cela veut dire étymologiquement : qui fait tomber. Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Les agissements de certains prêtres ont fait tomber des enfants ou des jeunes, et maintenant ils fatiguent aussi notre marche au milieu de ce monde.

Les billets relatifs à ces affaires, écrits souvent sur un coup de sang, avaient pris trop de place sur la page d’accueil, je les regroupe ici, du plus récent au plus ancien.

septembre 2010

Ce que l’on découvre sur les agissements pédophiles de confrères m’indigne et m'écœure. Et dire qu’ils vivaient dans un monde où certains luttaient pour que tout cela soit permis, certains qui ont encore le vent en poupe maintenant1. Je me demande quand-même quand on va parler des autres institutions. Le rapport de la commission de l’Église mentionne dans un passage jamais cité : “La Commission a également reçu des lettres de victimes d’abus sexuel par un psychiatre ou un thérapeute, qui se plaignaient de ne savoir à qui adresser leur plainte alors que les faits dataient déjà de 20 à 30 ans. D’autres encore faisaient mention d’abus passés sous silence dans l’armée, dans le sport de haut niveau ou encore de victimes de faits similaires dans une entreprise et qui ne souhaitaient pas se mettre en rapport avec la personne de référence interne pour harcèlement sexuel, car elles estimaient qu’il s’agissait du même nid.”

Le célibat : Ça y est, les adversaires du célibat du prêtre sont de nouveau de sortie. Gabriel Ringlet prétend même que le célibat est occasion d’immaturité sexuelle. Hum, ne confondons pas l’œuf et la poule ! L’immaturité sexuelle peut conduire à choisir le célibat, mais le célibat quant à lui fait grandir dans la maturité sexuelle et la maîtrise des pulsions narcissiques. Et que dire de l’immaturité affective qui pousse des prêtres à faire cavalier seul pour plaire au plus grand nombre en prenant leurs distances par rapport à l’institution qui les a fait naître ? C’est une immaturité qui se manifeste en temps de crise. Ah, que de donneurs de leçons ! Notre Église regorge de sages qui ont peur d’être fous aux yeux du monde. Eh, réveillez-vous, les amis ! Sortez de votre torpeur !

Le cardinal : le cardinal Danneels est vivement attaqué. Voici ce que je pense de la guerre des bien-pensants contre lui. Et ce qu’il en dit lui-même. Tout ça, c'était avant son mea-culpa mais je n'en changerai pas une ligne.

Et puis il y a le commentaire de Natalia Trouiller sur l’opération Calice, ainsi que celui de Koztoujours. Toujours un autre ton...

avril-mai 2010

J’apprécie beaucoup ces articles publiés sur les blogs de Natalia Trouiller et Koztoujours, notamment

Je viens de découvrir cet article sur le nombre conséquent d’abus commis par des pasteurs protestants aux USA. On est tous dans le même bouillon ! 

zutPuisque le Cardinal Bertone va faire des vagues, puisqu'il semble qu’il faut être tellement plus prudent quand on évoque l’homosexualité que le célibat des prêtres, voici plutôt des chiffres : aux États-Unis, pour la période de 1950 à 2002, 80% des victimes de prêtres pédophiles étaient des garçons, dont les 3/4 étaient déjà entrés dans la puberté. (source ici point 4.3, ici et ici) Il y a une bonne discussion dans “tous les prêtres sont pédophiles”.

armes-Saint-Siege32Au milieu de tout ce qui est dit sur les crimes des prêtres pédophiles, la lettre du pape Benoît XVI est d’un ton vraiment digne du Christ. Alors je vous la livre. Après ce week-end des Rameaux je suis assez d’accord avec le cardinal Kasper qui dit  « Ces derniers jours, non seulement le pape, mais toute l’Église et ainsi chaque fidèle, c’est-à-dire chacun de nous, a été frontalement attaqué et dénoncé par quelque médias influents qui outrepasse toute loyauté et toute vérité ».

 


1 Je pense à Daniel Cohn Bendit et son Grand Bazar, aux publications pro-pédophiles du journal Libération, au tourisme sexuel de responsables politiques connus... Cela donne conscience d'un climat plutôt glauque dans lequel se sont déroulés la majeure partie des faits coupables de dizaines de prêtres belges.

7 Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. 8 Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvrira.

9Lequel d’entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? 10 ou un serpent, quand il lui demande un poisson ? 11 Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! (Mt 7)

Nous sommes souvent embarrassés par ces affirmations car nous avons tous dans la mémoire le goût d’une demande qui nous paraissait vraiment juste et qui ne nous a pas paru exaucée. Une fois passée la colère contre Dieu, nous nous raisonnons souvent par des « c’est que ce n’était pas vraiment bon » ou, cerise sur le gâteau, « Dieu l’a permis... » pour toutes sortes de raisons, spécialement celle qu’il entreverrait davantage de bien dans ce drame qui vient de se passer.

Franchement, il faut bien le dire, nous devenons abominables quand nous parlons ainsi, et

Depuis que Monseigneur Léonard a été nommé archevêque de Malines-Bruxelles il est abondamment interviewé dans la presse. Et les questions qui lui étaient souvent posées me faisaient penser à cet évangile entendu à la messe de ce mardi.