partenaire de Dieu, pour un autre monde

homélie du 33e dimanche de l’année A

On peut regarder côté sombre, côté clair le monde de plusieurs façons. Un monde en petits lotissements où je cherche à me faire une petite place, un monde dur et hostile où j’essaie de me protéger et d’assurer mon avenir, un monde où j’essaie de conquérir la part la plus grande possible, un monde que je n’aime pas et que je veux fuir, etc. Dieu nous propose une autre vision  : un monde où je suis son partenaire, un monde que nous construisons ensemble.

Lire la suite...

une Église témoin de l’amour de Dieu pour l’humanité

homélie de la dédicace de Saint-Jean de Latran

La fête de fronton de St-Jean de Latran la cathédrale du pape, saint Jean du Latran, nous donne l’occasion de réaliser à nouveau ce qu’est l’Église. Il y a quelques semaines je demandais à quelques jeunes de rhéto s’ils pensaient que Dieu aimait l’humanité. Assez unanimes ils m’ont répondu : non ! Alors là je me dis : l’Église a failli à sa mission si des jeunes qui ont grandi un petit peu à son contact se disent: Dieu n’aime vraisemblablement pas l’humanité. Car l’Église ce n’est pas une sorte de multinationale avec à sa tête le pape et les cardinaux comme conseil d’administration. L’Église est celle qui rend palpable l’amour de Dieu et son appel à ce que les hommes soient frères.

Lire la suite...

la purification pour laquelle on prie

homélie du jour des défunts

Hier îles Skellig nous regardions les saints vivre dans le paradis. Aujourd’hui nous prions pour les défunts. L’Église le fait depuis l’antiquité. Si nous prions pour eux c’est qu’il risque de leur manquer quelque chose. Que leur manque-t-il ? Hier je vous disais que Dieu appelle à la vie. Quelle est cette vie ? Est-ce le paradis comme la possession de ce qui me fait envie ? Pour les uns un paradis technologique, pour les autres un paradis sensuel, pour d’autres encore un paradis gastronomique, etc. ? Dans l’assouvissement de nos envies, nous avons déjà tous fait l’expérience qu’une fois que c’est passé nous restons insatisfaits ; il traîne alors en nous une impression triste qui dit  : « ah, ce n’était que ça ? »

Lire la suite...

la vie en plénitude

homélie de la Toussaint 2014

Aujourd’hui Rome, Saint-Paul hors les murs... dehors nous ferons une visite du paradis pour nous rendre compte de ce que vivent les saints. C’est leur fête, l’Église nous invite à nous intéresser à leur vie car elle va être la nôtre aussi.

Dieu appelle à la vie, Dieu donne la vie, Dieu est la vie. C’est sa grande activité  : la vie. Mais qu’est-ce que la vie ? Ce n’est pas la définition du biologiste qui nous intéresse ici mais ce que l’on désigne lorsque dans certains cas on dit  : « ce n’est pas une vie ! » ou parfois  : « on se sent vivre ! » Cette vie que l’on désire ressentir est une joie, une lumière, une détente en même temps qu’une exaltation, un élan en même temps qu’une possession. La vie passe par le cœur, elle se manifeste dans l’amour intense. Nous l’espérons grande et belle, souriante et heureuse. Nous sommes tentés de la remplir de choses, et même de penser qu’elle est constituée de choses à acquérir pour en profiter, mais à l’usage nous voyons bien que la vie est tellement au-delà de cela.

Lire la suite...

vivre dans la famille de Dieu

homélie du 30e dimanche A, 26 octobre 2014

Encore une fois Beara (Irl.) des gens essaient de piéger Jésus par ses paroles. Encore une fois il en fait l’occasion d’un enseignement profond, comme auparavant sur le mariage (Mt 19,3) ou sur la vraie autorité (Mt 22, 18). Aujourd’hui (Mt 22,34) il dégage le premier commandement de tout le fatras religieux qui l’entourait. C’est  : aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit. Et il associe immédiatement un second commandement, du même ordre  : aimer son prochain comme soi-même.

Lire la suite...

Tout pour Dieu, Dieu pour tous

homélie du 29e dimanche A, 19 octobre 2014

Dieu est source le Seigneur et il n’y a rien en dehors de lui (Is 45,5). Même ceux qui ont un pouvoir devraient se regarder comme des gens qui ont reçu ce pouvoir de Dieu — et qui donc auront des comptes à lui rendre sur la façon dont ils ont exercé ce pouvoir. Comme cette pensée est libératrice, dans notre monde où nous avons plutôt l’impression que les seuls à qui on rend des compte sont le cours de la bourse et la bienveillance des téléspectateurs ! Comme cela nous donne une espérance que le Royaume de Dieu pourra enfin réaliser la justice à laquelle nous aspirons pour tous ceux dont les droits sont bafoués !

Lire la suite...

la fête de la rencontre que Dieu prépare

homélie du 28e dimanche A, 12 octobre 2014

Nous voilà invités à un festin de noces! C’est d’une alliance qu’il s’agit. La proposition de Dieu n’est pas de nous remplir le ventre, mais le cœur. C’est le sens du banquet : non pas un fast-food pour se caler la panse, mais un lieu de rencontre, de découverte, d’amitié.

Lire la suite...

par tes limites, je peux t’aimer toi

homélie de mariage

Lors du Houx, Conques  mariage précédent je vous racontais comment l’amour marche sur deux jambes, celle du sentiment et celle de la volonté. Aujourd’hui je voudrais poursuivre en considérant avec vous les limites de la vie, afin de découvrir la joie des limites. Tôt ou tard vous tomberez sur des limites qui vous dérangeront, ou même vous feront mal. Limites de la réalité matérielle. Limites du temps et du lieu. Plus difficiles, limites de l’autre, et de la relation entre vous, et même limites de l’intimité. Ensemble on peut s’affronter aux limites, essayer de les surmonter, mais il reste toujours des limites humaines.

Lire la suite...

miséricorde et conversion, les armes de Dieu

homélie du 26e dimanche, 28 septembre 2014

Dans l’arsenal de Dieu Conques pour nous donner la vie, à nous qui sommes pécheurs, il y a une épée à deux tranchants  : l’épée de la miséricorde et de la conversion. La miséricorde vient trancher les liens du désespoir qui nous enferment dans notre péché, qui nous persuadent que nous sommes une mauvaise personne et que Dieu doit être en froid avec nous. La miséricorde nous dit que Dieu nous aime tout autant quand nous avons péché, et même plus, qu’il frappe sans se lasser à la porte de notre cœur pour pouvoir entrer et nous prendre sur son cœur.

Lire la suite...

Accueillir les pensées folles de Dieu

homélie du 25e dimanche A, 21 septembre 2014

Les pensées le viaduc de Millau depuis la Montée royale de Dieu ne sont pas nos pensées, elles sont élevées par rapport à nos pensées comme le ciel au-dessus de la terre. Pourtant nous passons du temps à essayer de décrypter ses pensées  : nous nous demandons pourquoi telle ou telle chose arrive, pourquoi Dieu « permet-il » ceci ou cela, et nous espérons qu’il veut en découdre autant que nous avec ceux qui volent, tuent ou font des excès de vitesse…

Lire la suite...

Une Église qui se secoue les puces

homélie du 23e dimanche A, 7 septembre 2014

J’aime Quito, la Merced l’idée popularisée par le pape François que l’Église est un hôpital pour pécheurs plutôt qu’un musée de saints. L’évangile d’aujourd’hui nous montre un des traitements donnés dans cet hôpital. Ou, si vous préférez une autre image, comment le grand corps de l’Église digère-t-il le péché ? On imagine souvent que le péché s’affronte surtout en passant l’éponge, en disant  : ce n’est pas grave, etc. Or ce n’est pas la conception de Jésus. Lui qui pardonne aux pécheurs dit  : « si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute ». C’est une attitude d’interpellation que Jésus nous demande d’avoir les uns pour les autres. Au diable la tentation de dire  : à chacun ses oignons ! Pour Jésus la façon de vivre de mon frère chrétien me concerne.

Lire la suite...